samedi 3 juin 2017

Un peu comme Thomas Pesquet

Nous voilà donc "débarrassés" du premier gros chantier du voyage: avoir rendu la GRANDE maison (130m2). Il nous faut maintenant nous consacrer entièrement à NOTRE maison (5m2). A le voir uniquement dans les chiffres, ça ne devrait qu'être une bagatelle.... Dans les chiffres....
Nous avions bien anticipé l'aménagement du fourgon en ayant trouvé des caisses empilables pour remplir la soute au millimètre près. Le hic que nous n'avions pas bien anticipé a été que tout ne rentrait pas dans les caisses!
Nous nous retrouvons donc avec des caisses
chargées à ras le museau, une voiture pas mieux, une remorque pas pire et enfin une moto pas chargée, mais pas chargée du tout même dans la remorque qui lui était dédiée!!
Juste un petit retour en arrière pour vous situer ce qui était prévu. Nous envisagions de partir avec notre moto chargée dans une superbe remorque fourgon, ce qui nous aurait permis d'avoir un bon espace de stockage en plus pour un modeste convoi dune dizaine de mètres (hum!). Divers petits aléas administratifs dont les assurances sur le continent américain en ont décidés autrement, nous partirons "légers" et moins longs sans Takasuivre (le nom donné à la remorque et emprunté à d'autres tourdumondistes qui appellent la caravane qui les suit comme ça). Et au final, je suis persuadée que c'est un bien. Nous nous serions bien enquiquinés avec tout cet attirail pour s'en servir bien peu. Comme nous l'avons constaté en vidant la maison, nous nous sentons beaucoup plus riches en nous délestant de tout un tas de choses purement matérielles, le voyage gardera ce fil rouge. Takasuivre ne nous suivra pas longtemps!
Bon revenons à nos moutons.
Le papa et la belle-maman de P'tit Babzouk nous ont très gentiment invités à venir avec notre convoi passer la dernière soirée avec eux et profiter encore un peu d'être ensemble avant la difficile séparation du départ. Nous avons été accueillis comme des rois, merci à eux!
Et c'est là que Thomas Pesquet intervient. Maintenant qu'il est revenu sur le plancher des vaches, sa réadaptation à la gravité va prendre un certain temps.
Et où est le rapport avec nous? Cela fait maintenant plus de 3 ans que nous partons quasiment tous les week-ends et toutes les vacances avec notre fourgon, nous ne pouvons pas dire que nous n'y sommes pas habitués et pourtant...au moment de nous coucher pour la première nuit avec tout notre barda, tout s'est transformé en "merdier" pas possible. Nous ne trouvions plus rien, ce que nous cherchions était bien évidemment au fond de la dernière caisse empilée dans la soute (genre les croquettes du chien). Bref, il va nous falloir une réadaptation à la nouvelle configuration et un monumental énième tri à faire! (oui parce que ce qui n'était pas rentré dans les caisses comme dit un peu plus haut ne l'est toujours pas :-().
Le lendemain matin, (après une nuit de guerre de tranchée contre les moustiques, pas les magiques d'au dessous) était réservé pour la dernières salve de vaccins et rappels au centre international de vaccination de Montauban. Ça y est, les "moustiques magiques" comme les appelle P'tit Babzouk ne planterons plus d'aiguilles dans nos bras et nous n'en sommes pas mécontents!
L'après-midi a lui été consacré à l'aménagement de la remorque pour y installer la moto que nous n'avions pas encore eu le temps de faire. Car oui, pour faire encore une fois tout simple, nous allons emmener voiture, remorque et moto à l'intérieur chez mes parents à Grenoble afin qu'ils nous gardent tout ça. Nous pensions comme pour le reste que ce serait rapide...ça nous a pris l'après-midi. Nous allons peut être mettre dans notre planning: "vivre en prenant le temps plutôt qu'essayer de planifier le temps" Au final, nous avons passé une nuit de plus chez nos hôtes bienveillants en faisant un dernier voyage au garde-meubles (nombres de marches gravies et pas effectués à rajouter au problème mathématiques d'un des articles précédent) en pleine nuit avec nos lampes frontales.
Nous sommes donc près pour le départ le lendemain matin.

J'en profite pour dire que noyés sous les préparatifs nous avons volontairement pas pris le temps de faire une réponse individuelle à toutes les personnes qui du petit sms au long mail nous ont souhaité un bon voyage pour avancer le plus vite possible. Merci beaucoup à vous tous!

Vous devez vous dire que nous sommes gonflés de nous plaindre alors que nous avons cette chance inouïe de pouvoir réaliser notre rêve. Nous vous garantissons que les dernières semaines ont été chronophages et nous ont fait flirter avec les limites de la fatigue, le pire est derrière nous maintenant :-)
Et quant à vous, il suffit aussi de faire le premier pas pour réaliser vos rêves, vous pouvez tous le faire :-)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire