mercredi 25 octobre 2017

Une triste fin....

Il y a quelques semaines, le Parc National de Banff a été élu comme étant l'une des meilleures destinations à visiter dans le monde par le prestigieux magazine National Geographic.

Et  c'est bien ici que le voyage nous emmène. Nous arrivons sous une grosse pluie,
mais l'affiche est alléchante.

Nous patientons dans le fourgon jusqu'au moment ou une légère accalmie semble pointer le bout de son nez pour partir se rendre compte de nous mêmes. Le ciel est bien nuageux, nous ne voyons pas les montagnes autour de nous, elles sont noyées dans le brouillard.
Une courte randonnée fera l'affaire si toutefois il se remet à tomber des cordes. Et bien évidemment il se met à pleuvoir comme vache qui pisse bien avant la fin. Ca va être folklorique pour faire sécher tout ça dans le fourgon! Heureusement les vêtements Canadiens sont totalement imperméables!

Les couleurs sont magnifiques mais mal rendues par les photos, la rivière était vert émeraude comme on le voit uniquement sur les cartes postales.







Puisqu'il pleut toujours, nous allons nous mettre à l'abri à l'intérieur pour visiter les souterrains de Cave and Basin, site de sources sulfureuses naturelles. Ces sources sont à l'origine de la création du Parc de Banff.
Ces sources chaudes sont également un habitat riche. Des bactéries, des algues, des petits poissons et des insectes prospèrent dans les eaux thermales. C'est aussi l'habitat de la physe des fontaines de Banff, une espèce d'escargot menacée d'extinction. Il est interdit de mettre les mains dans l'eau à l'endroit où sont ces escargots afin de leur préserver un habitat sain. Ils sont tout petits, de la taille d'un pépin de pomme,  il faut se concentrer pour les voir au fond de ces eaux turquoises.






Le petit musée attenant aux sources.

L'ancêtre du camping-car??




Il y a de nombreux wapitis dans le parc, même en pleine ville. Celui-ci était tranquillement en train de brouter près de la gare. Il faut néanmoins ne pas les approcher, les mâles peuvent avoir des réactions violentes.


Une petite balade à la tombée du jour jusqu'aux chutes de Bow en pleine ville.


Et nous retrouvons comme prévu les copains du Monde est à Eux et allons boire un petit coup dans un magnifique bar/restaurant du centre de Banff avant de nous replier ensemble sur le même bivouac, mais chacun chez soi, ça caille sévère!!!

Chacun part explorer le parc de son côté et le rendez-vous est donné un peu plus haut sur la route du parc pour le soir.

En ce qui nous concerne, nous empruntons la petite route 1 qui nous fait serpenter dans la forêt jusqu'à Johnston ou nous allons faire les randonnées des chutes inférieures et supérieures avec la pluie qui revient nous chatouiller les naseaux de temps en temps.
Pluie ou pas pluie, le décor était grandiose en circulant dans le canyon jusqu'aux chutes.



























Nous poursuivons notre route jusqu'au Lac Louise. La météo nous laisse apercevoir de temps en temps un petit bout de montagne, mais c'est très très peu à l'échelle de ces monstres.


Et puis la neige commence à envahir les bas côtés, nous sommes à 1750m d'altitude.



Il y a déjà une bonne couche en arrivant sur le parking, ça y est, nous sommes passés directement en hiver.




Le Lac Louise est l’une des plus belles merveilles canadiennes, il n’y a aucun doute. Et malgré qu’il soit aujourd’hui une véritable attraction touristique, il est impensable de ne pas s'y arrêter. Un cliché avec le glacier Victoria en arrière plan en guise de carte postale est l'incontournable.
Le temps est de nouveau plus clément, nous pouvons faire le tour du lac, il est trop tard pour aller s'attarder plus loin aujourd'hui.



 








Toujours la joie d'être dans la neige pour les petits et les grands




 




Incroyable, il y a encore des moustiques malgré le froid polaire!

Trempette sans congeler!
 



Au fond, la verrue qui gâche cette beauté naturelle, un immense hôtel construit bien avant les restrictions imposées par les parcs







Une grosse tempête de neige nous fait de nouveau nous replier dans le camion. Mais que c'est bon de retrouver tous ces flocons que nous ne voyons quasiment plus en France.

Nous passons de nouveau la soirée ensemble avec les copains dans un restaurant d'une autre époque (on se croirait avoir reculé d'un siècle), le seul à Lake Louise. Vous devez vous dire que nous ne faisons qu'aller au restaurant! Ce n'est pas le cas, mais ici avec toute cette humidité et tous les vêtements d'hiver, c'est compliqué de venir les uns chez les autres dans les camions. Et puis autre chose à prendre en compte, tous les robinets d'eau sont fermés dans le coin en raison du gel, nous sommes donc sur l'économie et moins il y a de vaisselle, plus longtemps nous pourrons rester! Et enfin dernier argument à vous servir, les restaurants sont très peu chers au Canada et ça ne grève pas le budget d'y aller. Et comme la veille, chacun  se replie dans son camion ensuite. Il fait déjà -2 et la température ressentie est bien plus basse!

La surprise est au rendez-vous au réveil le lendemain matin pour le plus grand bonheur des enfants qui sont pour une fois prêts en moins de temps qu'il faut pour l'écrire. Nous regardons les prévisions de la météo et il y a une grosse alerte neige pour ce soir. Ils annoncent plus de 10cm sur les routes.Bien, bien, bien!



Nous décidons de partir tout de suite faire les 230km de la route 93, une des plus belles routes au monde qui passe de glacier en glacier, de lac turquoise en lac turquoise pour rallier la ville de Jasper à l'autre bout des parcs. Les copains vont aller voir le lac Louise qu'ils n'ont pas vu la veille et viendrons ensuite nous rejoindre avant que la neige tombe à nouveau.

Nous ne ferons malheureusement que quelques kilomètres sur cette route. Nous glissons, un bus est en travers et ça semble être de pire en pire. Nous profitons que le bus bloque toute la route pour faire demi-tour et retourner avec les copains.



Retour à Lac Louise, comme la veille. On ne peut pas se lasser de ce spectacle d'autant qu'ici le grand soleil est arrivé. C'est juste magique! Les couleurs sont différentes de la veille et encore plus belles!
Les enfants s'amusent un très long moment dans la neige et crèvent de chaud!!!!


  



 
 


Il est presque midi, le soleil tape fort, à l'unanimité nous pensons qu'il y a peut être une possibilité pour essayer de prendre cette fameuse route une nouvelle fois.
Pauline fait les (sublimes) photos d'adieu au Lac Louise avant de vite regagner nos camions respectifs.



La route est dégagée, nous pouvons avancer.....




...seulement 20km de plus que ce matin,  et elle  recommence à être dégueulasse. Nous sommes à 1900m et il faut encore monter. Nous nous arrêtons sur le bas-côté et prenons la sage décision de faire une nouvelle fois demi-tour.





Le lac Herbert pris en roulant, il était impossible de s'arrêter sur le bas côté enneigé.





Nous voilà de nouveau à Lake Louise pour la 3ème fois. Nous discutons pour savoir quoi faire. Nous allons voir le personnel des parcs qui nous dit que ce sera bien pire après le passage de l'alerte neige et qu'ici il est impossible de savoir ce qui se passera. Il se peut aussi bien que la route redevienne un superbe ruban de bitume qu'elle reste enneigée pendant des lustres... Même eux ne savent pas quand passent les chasse-neige.
C'est la mort dans l'âme que nous prenons une nouvelle fois la sage décision d'abandonner sans avoir pu s'émerveiller de cette fabuleuse route. Les autres copains qui nous devancent ont pu eux la prendre (2 fois même) juste la semaine d'avant. Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas.



C'est sur ce parking que nous routes vont se séparer avec Pauline, Lionel et les enfants. Eux vont reprendre la transcanadienne qui vire complètement à l'ouest pour aller à Vancouver chez un ami
Alors Vancouver! Tous les gens que nous connaissons ou avec qui nous discutons ne vont à Vancouver que parce qu'il y a quelqu'un qu'ils connaissent là-bas, sinon ils n'iraient pas! Nous ne connaissons personne, donc aucune raison d'y aller!
Nous prenons la décision de ne pas aller plus à l'ouest dans ce magnifique pays. Nous allons longer les Rocheuses par leur côté est pour rejoindre les Etats-Unis via la fameuse Panaméricaine (le route qui traverse de l'Alaska à la Terre de feu). Et nous continuerons nos visites de parcs dans les Rocheuses mais côté Américain où il n'y aura peut être pas autant de neige...

Les au-revoir faits en nous disant "à tout à l'heure", comme il est de mise avec les voyageurs que nous recroiserons forcément à un moment donné, chacun part de son côté.

Nous avons en bouche ce goût d'inachevé et ne faisons que quelques dizaines de kilomètres pour nous arrêter au lac de Minnewanka un peu plus bas que Banff. Ce nom signifie en indien "Lac des Esprits de l'eau". Il s'agit d'un lac artificiel qui sert maintenant à la fourniture d'énergie. Un village est englouti dans ses profondeurs et la limpidité de ses eaux permet la plongée sous-marine en période estivale.
Mais les alentours de ce lac sont également le territoire des Grizzlys. C'est le seul endroit où entre juin et septembre, à la période des baies, il est interdit de circuler en étant moins de 4 personnes ensemble et sans bombe anti-ours. Nous n'avons croisé une nouvelle fois que les innombrables griffures sur les arbres, mais pas d'ours!




















Nous nous replions vers Calgary en gardant l'espoir de voir de nouveau cette route dégagée dans les jours qui arrivent (on ne lâche pas le morceau aussi facilement!!!).
Nous en profitons pour ranger le camion après toutes ces journées où il était impossible d'ouvrir sans faire rentrer froid et humidité et pour aller voir encore du hockey. Ce qu'il y a de bien ici pour nous qui aimons ce sport, c'est qu'il y a des matchs tous les jours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire