jeudi 23 novembre 2017

66 was a great year for English Football, Eric Cantona was born!

....mais pas que!

Il y a aussi celle-ci





Comme nous vous l'avons déjà dit à de nombreuses reprises, nous avons modifié notre itinéraire de départ en passant par la Transcanadienne
plutôt que par la route 66 qui selon grand nombre de personnes croisées n'avait plus grand intérêt.

Nous avons la possibilité de néanmoins l'arpenter depuis l'endroit où nous sommes pour quelques 300km avec de bons passages sur la route historique, le tout en Arizona. En effet, maintenant de très nombreux tronçons ont été remplacés par de grandes autoroutes avec de très nombreux immenses trucks qui anéantissent ce côté mythique.

Nous voici donc embarqués sur la 66 et là sur plus de 200km rien ne se passe, c'est une route comme les autres au milieu d'un paysage désertique qui défile à l'identique. Pas un village, très peu de maisons qui sont pour la plupart toujours habitées mais dans un état de grand délabrement. Ne mâchons pas nos mots, c'est vraiment moche. Nous ne regrettons pas le choix d'être passés par le Canada.

Et puis après ces 200km, apparaît comme un mirage une vieille station service/boutique comme nous les voyons dans les films. Nous ne nous attendions tellement plus à la trouver que nous n'avons pas eu le réflexe de nous arrêter, il a fallu aller faire demi-tour plus loin.
Nous sommes tombés dans la caverne d'ali baba de la 66, tout était là, une grande partie dans son jus. Une vieille dame à son comptoir pour encaisser les quelques dollars de tous les gens qui s'arrêtent pour prendre un coca ou acheter un autocollant par-ci, un souvenir d'un autre temps par-là.









De très nombreuses plaques d'immatriculation du monde entier ornent murs et plafonds. Nous n'avons pas de plaques de rechange (nous supposons que ceux qui l'ont fait en avaient!) et ne laissons donc pas la notre!


Des billets de toutes les monnaies possibles et imaginables!








A partir de là la route a été plus sympathique pour arriver jusqu'à notre point de chute: le village d'Oatman. Elle devient plus étroite et se transforme en route sinueuse de montagnes comme les motards les aiment tant. Nous serpentons maintenant au milieu d’innombrables cactus de toutes les formes jusqu'aux géants.

Les séries de boites aux lettres le long des routes qui doivent éviter des dizaines de km au facteur tellement les habitations sont éloignées les unes des autres.










Le village d'Oatman au bord de la route 66 en pleine montagne. Il s'agit d'une ancienne ville minière. La population était montée à plus de 3 500 habitants après que deux prospecteurs ont trouvé de l'or en 1915. C'est devenu par la suite une ville fantôme, et dans les années 1960 elle a été pratiquement abandonnée.

La population était de 128 habitants en 2000.
Mais c'était sans compter sur un allié de choc pour redonner un coup de fouet au village et faire s'arrêter tous les touristes: les donkeys (ne vous moquez pas, au départ nous avons pensé à des singes, stigmates de Donkey Kong sur nos vieilles consoles!).

Faisons connaissance avec le premier que nous avons croisé, qui n'a pas hésité une seconde avant d'enfourner sa tête dans le camion!

C'est bien ça, tout le village est investi par des centaines d'ânes qui déambulent au milieu des gens, viennent se chatouiller contre nous, entrent dans les boutiques...sont de partout. Nous sommes là à la période où il y a tous les bébés. Ils ont tous un autocollant sur le front pour demander aux touristes de ne pas les nourrir alors que c'est non pas autorisé mais presque obligatoire pour les adultes. Les stands de vente de nourriture pour eux ont eux aussi investi la place. La voilà la grosse manne pour les touristes! la seule et unique rue du village est devenue boutiques de souvenirs qui se succèdent les unes aux autres. Tout ce qui est à l'intérieur est désuet, d'un autre temps. C'est surréaliste mais bien drôle de se retrouver parachutés ici.
Tous les jours les commerçants eux-mêmes deviennent acteurs pour faire quelques courts spectacles de rue comme au temps des cowboys.




Le nouvel arrivant pour parfaire le troupeau


C'est absolument sans regrets d'avoir fait le détour jusque là que nous repartons le soir venu encore à l'Ouest en direction de las Vegas. Nous avons rendez-vous à une trentaine de km de cette ville pour récupérer un paquet qui arrive de France en poste restante avec ma nouvelle carte sim à l'intérieur pour que je puisse enfin me servir du nouveau téléphone qui nous avait lui aussi été livré en poste restante.

Nous sommes à Hoover Dam, au bord de l'autre lac où vient s'écouler le Colorado. le premier était le lac Powell où nous étions il y a quelques jours.
Nous sommes aussi à l'autre bout du Grand Canyon. Souvenez-vous de la température que nous avions lorsque nous y étions, maintenant ici il fait 25°! C'est un passage sans cesse du froid polaire à la canicule et ce la même journée!...comment voulez-vous que nous n'attrapions pas de rhume avec ça!

Et puis nous avons une chose très importante à vous dire, nous sommes passés aujourd'hui sous la barre des 1000m d'altitude! Cela faisait 11 242km que nous faisions entre plus de 1000m et 3400m pour l'endroit le plus élevé. Et autre chose notoire, nous ne sommes pas rentrés dans une seule grande ville depuis bien plus de tous ces km évoqués. La dernière était Toronto.La prochaine sera Vegas, et ce sera encore un choc des mondes en y arrivant!

Le coucher de soleil qui nous est offert au bivouac est sublime!



Aucun commentaire:

Publier un commentaire