vendredi 16 février 2018

Le paradis? Ah oui, ça existe!

Je vous emmène juste pour un tout petit tour de barque en ma compagnie pour partager ma petite escapade hors du voyage de début février!

Avant de savoir si vous avez le pied marin, il faut embarquer à Puerto Vallarta dans un avion direction Miami via une petite escale à Atlanta. Sortez votre petite laine pour l'arrivée en Floride parce
que ça caille sévère! C'est plus ce que c'était Miami Beach! Bon il faut dire aussi que quelques semaines plus tôt il neigeait dans le nord de l'état, mais où va t-on?

Un petit coup de grâce de la  météo le lendemain nous permet d'appréhender sous le soleil l'avant croisière: la beach party va pouvoir battre son plein avec une grande partie des croisièristes qui sont déjà là! Nous retrouvons Samm, ma copine qui arrive avec Kana sa colocataire de cabine et faisons connaissance avec Hélène et Marc qui sont eux aussi là pour leur baptème des 70 000 tons of metal, et avec Fabienne et son mari qui arrivent de Suisse, mais qui n'en sont pas à leur coup d'essai eux. Nous nous retrouverons tous tout au long de la croisère jusqu'au dernier jour et c'est magnifique de pouvoir évoquer ensemble notre chance d'être là. Et quel  bonheur pour moi, j'ai appris le matin même de l'un des français que j'ai retrouvé qu'un ami de 30 ans (pas revu depuis) serait de la fête avec nous! Et il n'aura pas fallu 1h pour que je retrouve Yves sur la plage, nous avions de quoi occuper la soirée de souvenirs! Soirée qui s'est poursuivie en bord de plage à l'hôtel Clevelander privatisé pour l'occasion (ils ne sont pas fous, ils pouvaient bien se priver de clients classiques vu les bénéfices qu'ils ont dû faire avec les centaines de métaleux qui ont investi leurs terrasses!).





Bracelets des festivals d'une année d'un vieux briscard allemand

Il est temps de se rendre tous à port Lauderdale le lendemain matin pour embarquer sitôt les ex croisièristes débarqués. C'était assez drôle le mélange sur le quai entre les sortants et les entrants. Les mots sortants et entrants n'étant bien évidemment pas la seule différence de genre!
L'independence of the seas nous attend sagement arrimé au bord. Il reste pour nous à faire une longue queue afin de passer les premiers contrôles et nous rendre aux quichets pour récupérer notre sea pass, carte qui nous servira tout au long de la croisière pour tout, ouverture de cabines, paiements pour ce qui n'est pas compris (donc juste les boissons alcoolisées)....  Et à ce stade là, nous sommes tous lotis à la même enseigne, les croisièristes comme nous, les groupes qui font eux aussi la queue leurs instruments en main, des familles avec leurs enfants arnachés de leurs pelles et leurs seaux, des personnes plus âgées, des jeunes.....tout le monde patiente ensemble dans la bonne humeur sans que quiconque ne vienne perturber l'autre. Cet état d'esprit se confirmera au fil des jours, tout le monde respecte tout le monde! On comprend facilement pourquoi les groupes aiment tant venir jouer ici.
Une fois la carte récupérée, on nous fait grimper à l'étage et nous asseoir bien sagement en rangs d'oignons afin d'attendre que le personnel du bateau (ou du port, je n'en sais rien) nous appelle par rangées pour grimper sur le bateau. Le spectacle est digne d'une sortie scolaire de primaire bien encadrée où tout le monde est bien discipliné!


Ca y est, nous sommes à bord et nous découvrons (pour ceux pour qui c'est la première) quelques petites bribes de cet immense bateau, véritable ville flottante comme nous le voyons dans les reportages. Nous avons encore nos bagages avec nous, les cabines ne seront prêtes que dans une bonne heure. Les habitués savent d'emblée où se rendre pour patienter: au pub! Ce pub est stratégique sur le bateau, il est en plein milieu de l'allée centrale et c'est le meilleur moyen pour se retrouver d'où que nous venions sur le bateau.

De monumentaux ascenseurs desservent les 14 ponts du bateau, de part et d'autre et sur l'îlot central.

Allée centrale


Ascensseurs tubes extérieurs

Solarium du pont 11


Pont 12 avec piste de footing (il y aura des adeptes!)


Montage de la grande scène pont 11, et oui tout se fait en live puisque le bateau vient d'arriver

Piscines vides qui ne le resteront pas longtemps

Vue du bar à champagne
Les cabines sont maintenant prêtes à pouvoir nous acceuillir, je monte sur le pont 8 pour faire connaissance avec ma colocataire de croisière. Et c'est chose faite sitôt entrée dans la cabine, Erika, une équatorienne est là. Nous papotons un petit moment et j'apprends qu'elle est sur le bateau avec son mari, mais ayant réservé un peu tard, ils se retrouvent séparés n'ayant pu avoir de cabine commune. Mais ça ne la gêne pas, son mari est là pour voir un maximum de groupes et elle pour profiter des infrastructures du bateau en plus de la musique. Au final, le bateau est tellement grand que nous ne nous croiserons que dans la chambre. Elle est juste adorable, tout comme la colocataire Japonaise de Samm, Kana que je vais croiser bien plus souvent. Vous devez vous demander pourquoi nous ne sommes pas ensemble Samm et moi?!? Et bien c'est comme Erika, nous n'avons pas réservé ensemble! Ce sera pour une prochaine!

Ca y est, le bateau est au complet, nous allons pouvoir larguer les amarres, il est 17h et pas de perte de temps, les concerts commencent aussitôt.
4 scènes vont se partager les artistes pendant ces 4 jours, la grande sur le pont, une au théâtre de l'Alhambra, une dans ce qui sert habituellement de patinoire et enfin une scène plus petite: la pyramide. Que ce soit le théâtre ou la patinoire, les scènes étant en contrebas, même en arrivant extrême limite niveau timing, nous voyons très bien. Il en est de même pour la grande scène sur le pont où il est possible d'être dans la fosse, au dessus en face, sur les côtés et même derrière, ou mieux encore dans les piscines au fond et sur les côtés de la fosse.
Ca démarre au quart de tour, après seulement quelques heures sur le bateau, nous pouvons déjà dire que nous sommes proches du paradis!

Je retrouve Yves avec qui je vais passer le plus de temps sur le bateau après ces retrouvailles. Mais je vous l'ai présenté? Non il ne me semble pas! Yves est le bassiste et membre fondateur du groupe Nightmare, groupe Grenoblois que nous avons suivi à leurs débuts dans toutes les petites salles de la région et qui est maintenant une groupe d'envergure internationale, Yves étant le seul de la formation initiale encore présent. Mais Yves n'est pas là pour jouer cette année, même si Nightmare a déjà participé 2 fois aux 70 000 tons, dont l'année dernière. Cette année il est là en tant que partenaire, puisqu'il est ni plus ni moins que le patron du magazine métal Metallian. Et en plus de participer pour la première fois à cette mythique croisère, Yves m'a permis d'en découvrir les coulisses en m'emmenant avec lui un peu de partout. C'était juste fabuleux pour moi!
Je ne vais pas vous faire un topo sur les groupes que j'ai pu voir, ce n'est pas le sujet ici, je le ferai sur un forum dédié où sont tous mes copains, et peut être même pas puisque je sais que Samm prépare l'équivalent d'un livre complet sur le sujet hihi :-)
Je précise juste que je suis allée voir entre autre pour ce premier soir avec Yves le groupe  Rhapsody que j'ai tout simplement adoré. Nous papotions tout en les regardant jouer, je le précise car c'est important pour la suite!!

Nous sommes allés dîner pour ce premier soir avec le groupe de français dans le restaurant du pont 4. Imaginez un restaurant gastronomique avec tout le tsoin tsoin qui va avec, entre les maitres de tables, les serveurs aux aguets pour voir s'il ne manque rien, la famille entière de couverts dont on ignore qui sert à quoi, enfin bref la totale!. Et bien c'était exactement pareil mais qu'avec des métaleux pour clients. Les cartes en main, nous pouvions choisir ce que bon nous semblait, et nous étions servis comme des papes tout étant englobé dans le prix de la croisère. Et ce pour le plus grand plaisir du personnel du restaurant qui disait unanimement que cette croisière est la plus fantastique pour eux. Ils travaillent exactement de la même manière que pour une croisière classique, mais la différence se fait avec nous qui sommes beaucoup plus respecteux vis à vis d'eux que les croisièristes classiques. C'est souvent la même ritournelle, les clichés tombent comme les feuilles en automne dans beaucoup de domaines: ce qui semble être le pire pour le commun des mortels s'avère souvent être le meilleur et ça me fait plaisir de le préciser! C'était un pur bonheur pour nous de les avoir toujours à nos côtés pour régler les moindres détails si souci il y avait surtout que soucis il n'y a pas eu! D'ailleurs je suis remontée faire je ne sais quoi dans ma cabine le premier soir, et un membre de l'équipage était là dans le couloir, dès qu'il m'a vu m'approcher de ma porte, il est arrivé en m'appelant par mon prénom pour me dire qu'il est le responsable de mon secteur et il m'a donné une petite carte avec un numéro en me disant que je pouvais utiliser n'importe quel téléphone du bateau pour l'appeler en cas du moindre besoin. J'en suis restée ébahie!


J'ai dormi comme un bébé pour cette première nuit sur le bateau! Et pourtant, nous avons été contraints de faire escale en plein milieu de la nuit, alors je ne sais pas si c'est à Cuba ou aux Bahamas pour débarquer d'urgence quelqu'un qui avait l'appendicite. Ca c'est con! Quel dégoût que cette saloperie qui n'arrive au pire qu'une fois dans une vie tombe pile poil ce jour là! J'espère que cette personne sera un invité d'honneur l'année prochaine! Andy Piller, le grand patron que j'ai croisé avec Yves ne devrait pas manquer à l'appel pour ce faire!

Je ne sais par quel miracle le lendemain matin au réveil je tombe sur Samm au détour d'un escalier alors que nos cabines sont non seulement sur des ponts différents mais en plus radicalement opposées sur le bateau. C'est l'appel du ventre qui nous a fait errer dans le même quartier à la recherche de l'immense self service (je n'ai jamais vu autant de choses différentes avec autant de buffets différents....c'était juste une hallucination que ce soit pour le petit-déjeuner, le déjeuner ou le dîner et pourtant ma société avait déja placé la barre haute). En mettant nos piètres connaissances du bateau en commun, nous avons fini par trouver, il nous fallait monter au pont 12 pour redescendre au 11 mais d'un seul côté du bateau! Simple comme bonjour......quand on est sur le bateau depuis 3 semaines....et ça ce n'est pas nous!


Tu crois que c'est de ce côté Samm?  :-)
Nous sommes passées sur le trajet près de la grande scène prête à acceuillir son premier groupe juste quelques dizaines de minutes plus tard.


Buffet uniquement de fruits

Samm transformée en porteuse de jus d'oranges fraîchement pressées

Notre table, face à la mer!
Nous sommes rassasiées et pouvons attaquer la journée du bon pied.  Et je vais en profiter pour faire un tour complet du bateau en m'arrêtant dans les salles pour voir les groupes au fur et à mesure de mes découvertes. Bon ben, même en étant un tantinet organisée, on ne sait plus où on est rapidement! Reste le point de repère pour tout reprendre à zéro: le pont 5, celui de l'avenue principale!

Toujours l'allée principale ci-dessous avec la queue qui s'installe pour le merch de la croisière. Une chance que je sois passée par là ce matin là, je n'ai eu qu'une petite heure à attendre pour être servie, la file d'attente s'est très rapidement étoffée par la suite. Mais là c'était peanuts! Parce qu'il y a l'autre merch, celui qui regroupe en plus des articles uniquement dédiés à la croisière tous ceux des groupes qui bien souvent ont créés une palanquée de choses spécifiques à l'évènement et que les fans ne voudraient rater pour rien au monde. Alors pour faire bref, ce merch ouvre le second jour à 7h du matin et nombreux sont ceux qui passent la nuit devant la porte pour être dans les premiers à l'ouverture, dont Jean-Michel un des français du groupe avec qui nous étions et vétéran puisqu'il en est à sa 7ème croisière. Jean-Michel c'est comme Wikipedia en version Metalpedia, une encyclopédie à lui seul. Il a d'ailleurs été le héros d'une série de 9 documentaires sur les 70 000 tons tournés par Arte il y a 2 ans. Pour en revenir au merch, il a bien fait de dormir sur place, je suis passée par simple curiosité vers 10h, soit 3 petites heures après l'ouverture et c'est comme à la boucherie chez Carrouf', tu prends un ticket et tu attends ton tour. Le ticket à prendre était le 958, et le ticket qu'ils étaient en train de servir le 158....... Autant dire qu'il y avait du temps pour aller se balader! Et même tellement de temps que des écrans sur le bateau et les téléviseurs dans les cabines annoncaient le numéro servi en temps réel!







Que le temps passe à une vitesse fulgurante sur ce bateau, la fin de la seconde journée va déja pointer son nez dans quelques heures. C'est terrible ça!
Je profite du début de soirée pour aller m'atabler au pub où il y a toujours quelqu'un que l'on connait pour papoter. Et ce coup-ci, personne! Ah ben zut! Tant pis, je m'atable toute seule et juste quelques minutes plus tard, un gars vient vers moi et me demande comment ça va. Un français déjà, c'est toujours ça de pris pour discuter! Il me demande s'il peut s'asseoir avec moi. Oui évidemment! Et nous voilà partis pour papoter de tout et de rien. Il me demande ce que je suis allée voir aujourd'hui et la veille, et je le lui dis. Et d'un coup le voilà qui dit "tiens y'a mon batteur qui passe". Euh son batteur.... Me voilà comme une fleur qui vient d'éclore "mais tu joues dans un groupe?" et lui "ben oui, tu m'a vu hier avec Yves, je suis le guitariste de Rhapsody"..... Et là le gros gloubiboulga du cerveau... je vous l'ai dit que je papotais avec Yves pendant le concert!!! Je m'excuse pour ma bourde qui est excusée ipso facto et  nous partons en fou rire en imaginant des scénarios où j'aurais pu dire que j'avais vu Rhapsody la veille et que c'était complètement pourrave..... Bref, nous nous entendons comme larons en foire avec Dodo donc, maintenant que je le connais! Et du coup il m'invite à aller manger le soir même avec tout le groupe, d'autant que c'est son anniversaire. Le happy birthday est repris dans toutes les langues , c'est magique ce goupe avec autant de nationalités différentes et ces décennies de succès. Nous passons une excellente soirée rejoints ensuite par Yves et allons nous coucher pas très très tôt. Mais nous nous couchons, parce que certains sur le bateau peuvent compter leurs heures de sommeil sur les 5 jours! Tu parles, tout est ouvert 24/24 et quand il n'y a plus de groupes (tôt le matin), le karaoké prend le relais.....

J'en reviens à Dodo qui s'est donc retrouvé avec moi au pub, c'était marrant plus tard puisque nous avons passé pas mal de temps ensemble de voir les fans s'arrêter juste 2 secondes, prendre une photo et s'en aller sans l'importuner plus que ça. Et ça s'est vérifié avec tous les groupes qui déambulaient de partout sur le bateau à nos côtés. Je ne risquais pas de gêner grand monde puisque je ne connaissais pas beaucoup de têtes, mais en étant avec Yves et Dodo, ils me disaient qui nous croisions et à qui ils disaient bonjour. Fabuleux d'être tous réunis! Si il y a un groupe que je me suis beaucoup amusée à voir déambuler sur le bateau, il faut dire qu'ils étaient de partout, ce sont les 3 jeunes Japonais du groupe Gyse qui eux étaient venus avec toute leur famille, fantastique! Et ils n'étaient pas farouches, ils venaient s'asseoir pour discuter avec nous et sont même retournés chercher leur album pour nous l'offrir, merci :-)
Par contre, il y a un groupe dont je connaissais bien les trognes, et ces filous de Kreator ont dû se faire une belle nuit blanche accoudés au bar du casino à n'importe quel moment où nous passions! Mais ils étaient bien présents et fantastisques pour l'avant dernier concert sur le bateau. Et c'est d'ailleurs pendant leur show qu'Andy Piller est venu remercier toutes les personnes présentes de 75 nationalités différentes, c'est pas magique ça? et annoncer qu'il y aurait bien une nouvelle fournée en 2019!

Nous étions debout tôt en ce déja 3ème jour puisque le bateau arrivé pendant la nuit était accosté sur le petit débarcadère de Grand Turk, une des îles de Turk and Caicos dans les Caraïbes. Aujourd'hui c'est journée libre à terre! Nous pouvons descendre du bateau tôt le matin, le seul impératif étant d'être de retour pour 16h.

Nous grimpons sur les ponts supérieurs avant de regagner la terre pour admirer ce paysage qu'on ne voit que sur les cartes postales, mais là nous y étions, le rêve devenu réalité!



Yves est paré pour affronter soleil et baignade et qu'est-ce qu'il nous a fait rire avant de descendre, Saucisse va!



Tout le monde ou quasi descend et s'installe à qui mieux mieux sur le bord de l'eau ou sous les palapas des nombreux bars et restaurants qui sont juste au bout du quai. En longeant le quai, l'eau est si claire que nous pouvons voir le fond où nagent des poissons bleus comme mes yeux, euh mes cheveux!
Les serveurs pour qui cette journée sera sûrement reconnue comme l'une des plus lucrative de l'année passent les mains chargées de coktails tous plus surdimensionnés les uns que les autres et de plats qui pourraient nourir des régiments entiers!
Nous passons une excellente journée tous ensemble avec les copains Suisses et Français ponctuée de baignades dans ces eaux cristalines où il était aussi facile d'entrer que dans un bain de bébé. Tous les ingrédients du cocktail d'une journée au paradis étaient réunis uniquement pour nous!


Julien de Benighted qui a mis un sacré bout de temps avant de prendre vraiment conscience qu'ils étaient là. Et à droite, l'exceptionnel David, meilleur ami d'Yves et sa chérie Mona


Le complexe entier a été pris d'assaut, tout comme les nombreuses piscines où tout le monde habillé ou pas vit sa journée dans la bonne humeur au son des hauts parleurs où il suffit de bouger de quelques mètres pour changer de groupe à écouter!
Et biensur, comme pour le reste, les groupes sont là avec nous, identiques à nous! Et même si celà parait normal après tout, c'est quand même juste fabuleux de se rendre compte que nous sommes vraiment des privilégiés et que beaucoup donneraient cher pour être à notre place juste quelques minutes à côté de leurs idoles!



Les gens de Benighted sont restés toute la journée avec nous.

Le petit bout de casquette blanche à droite, c'est Renaud. Renaud et son compère Seb qui sont juste fantastiques...mais je ne vous en dit pas plus sur eux, qui ils sont, ce qu'ils font... Ce sera une petite surprise pour cet été :-)



Il est déjà 16h, l'heure de quitter ce petit paradis pour retrouver notre ville flottante. Il y a beaucoup de monde sur les ponts supérieurs pour regarder s'éloigner la terre en silence, tout le monde étant perdu dans les images qu'il faut garder de cette fantastique journée.

Sitôt le large retrouvé, nos retournons vaquer à nos occupations en passant de salle en salle pour voir la seconde fournée de concerts. Les groupes jouent 2 fois pendant la croisière. Une fois à l'aller avant l'escale et la seconde au retour et sur des scènes différentes. C'est génial d'avoir cette seconde chance pour voir ou revoir ce que nous avons raté ou trop aimé à l'aller!



Une partie de tout le complexe qui nous était dédié
Ce spa géant avec vue plongeante sur la mer n'a pas désempli des 4 jours. Tout le monde pouvait tranquillement siroter son verre dedans. Ah oui, je ne l'ai pas dit jusque là, mais sur le bateau tout était possible, nous pouvions aller n'importe où avec n'importe quoi. Par exemple, pour ne pas avoir à sortir du spa, les gens pouvaient acheter une dizaine de canettes de bière ou autres, les serveurs leur mettaient à disposition des seaux spécifiques remplis de glace afin qu'elles restent fraiches. Il en était de même pour qui voulait boire du vin ailleurs qu'au bar à vin. Sac rafraichissant et tire bouchon étaient donnés avec la bouteille. C'était assez fou cette organisation du diable pour que tout soit réglé comme du papier à musique sans anicroche!

La croisère tire à sa fin et j'ai gardé pour vous sous le coude ces fabuleux Norvégiens avec qui nous avons passé une soirée inoubliable. Ils auront été omniprésents sur le bateau, toujours en train de chanter et de faire la fête. Des "monstres" de la croisière! Ils n'ont pas du dormir beaucoup...mais nous leur pardonnons, il fait nuit noire dans leur pays à 14h à cette époque :-)


Je vous quitte avec cette magnifique paire de saumon portée fièrement par Even un des Norvégiens!

Non je n'oublie pas que ce monde bardé de luxe n'est pas le notre, mais bon sang, qu'est-ce que c'était bien de se laisser chouchouter et dorloter afin de profiter à 800% de ce moment magique qui nous met hors de portée de tous les aléas de tous les quotidiens quels qu'ils soient!

Maintenant que je vous ai tout raconté, pour que ce paradis puisse s'écrire avec un P majuscule, il ne manque que toi Sophie, et toi, et puis toi aussi, et toi là bas, et puis tous les les gens que j'aime...

Vous viendrez?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire