jeudi 1 mars 2018

Le maïs d'Uxmal, enfin nous croyons!

Entre 2 baignades rafraichissantes dans les Cenotes environnants, nous nous garons sur une petite parcelle d'herbe mitoyenne au grand parking des ruines d'Uxmal pour la nuit afin d'être au rendez-vous pour la visite tôt le lendemain matin.

Nous sommes garés à côté du camion
de Cécile et Gégé de Flying the Planet. Un couple franco-néerlandais qui est sur la remontée après 3 années passées en Amérique du Sud. Eux ce qu'ils cherchent pendant leur voyage sans date de retour ce sont des sites de parapente pour voler de partout dans le monde. Le sujet de discussion était tout trouvé, Saint Hilaire du Touvet, haut lieu du parapente en France et sûrement en Europe qu'ils connaissaient bien évidemment comme leur poche ainsi que la célèbre annuelle coupe Icare qui se déroule sur le site. Ils étaient amusés de savoir que de la maison de mes parents est juste en face de la piste de décollage et que les parapentes ne sont pas exceptionnels dans le paysage!
Lorsque nous sommes arrivés, Cécile était en train de jouer avec son Handpan , instrument récent aux sonorités magiques! De loin, j'avais l'impression qu'elle était en train de taper sur un barbecue!
Ils nous conseillerons sur les routes à prendre et celles à éviter avec notre camion pour la suite du voyage, merci beaucoup à eux pour le temps passé avec nous :-)

J'avais vu sur internet qu'en plus de la visite des ruines, chaque soir un spectacle son et lumières était donné à l'intérieur de la cité. Ca n'intéressait pas les voisins, mais puisque nous étions ici autant en profiter, d'autant qu'il était écrit que le prix d'entrée était déductible de la visite du lendemain. Nous étions donc à l'entrée vers 18h30 avec une palanquée d'allemands qui devaient avoir investi les grands hôtels à proximité. Dans la queue pour entrer, leurs guides leurs expliquaient les rudiments de l'espagnol pour dire bonjour, bon après-midi et enfin bonsoir. Autant dire qu'ils devaient être fraîchement arrivés avec l'avion du jour.
Nous voilà tous installés en rang d'ognions sur nos chaises pour attendre le début du spectacle, l'allemand assis à côté de moi avec son appareil photo prêt avec les bons réglages pour photographier les ruines qui allaient s'illuminer sous nos yeux. De spectacle il n'y eut point! En guise de son et lumières, il n'y eut que l'histoire de la cité Maya racontée en espagnol avec les monuments qui s'allumaient une fois en bleu, une fois en rouge et quelques fois en vert. Nous arrivions à chopper quelques bribes de l'histoire, mais il fallait être au niveau 198 de duolingo pour arriver à tout capter, nous n'en sommes qu'au niveau 5! Ce n'était pas gagné! Et pire encore pour nos voisins allemands qui ont commencé à regarder leur montre pour savoir quand ce charabia allait se terminer à peine 5 minutes après le commencement!
Ce que nous pouvons vous dire c'est qu'il a été beaucoup question de maïs dans l'histoire, d'où le titre de l'article, un peu de serpents et de tortues....comme quoi nous avons compris l'essentiel comme vous allez le voir plus bas, sauf pour le maïs, mais ce n'est pourtant pas faute d'avoir entendu le mot à maintes reprises! Nous avons vite décroché, les baillements des voisins aidant à l'effet soporifique!
Nous ne pouvons recommander, d'autant que business is business, le lendemain le prix de la veille n'était plus déductible du prix d'entrée. Que dis-je, des prix d'entrée, puisqu'il fallait passer à 2 caisses différentes, une pour l'entrée au ruines et l'autre pour payer un droit d'accès à je ne sais quoi... Un truc fédéral ou dans le genre de ce que nous avons compris, sans chercher plus... Toujours est-il que c'est l'endroit de visite qui aura coûté le plus cher jusque là.

Arrivons-en à l'histoire de la cité Maya, un vaste ensemble qui compte parmi les plus impressionnants du pays avec ses structures en bon état et richement décorées. Uxmal était une cité importante, son nom signifie "construit trois fois", mais elle fut en réalité édifiée à cinq reprises. Le fait qu'une nombreuse population ait pu prospérer dans cette région si aride témoigne des talents et de l'ingéniosité des Mayas, qui construisirent plusieurs réservoirs et chultunes (citernes) tapissés d'une couche de chaux, afin de recueillir et de retenir l'eau pendant la saison sèche. En raison de la rareté de l'eau dans la région, Chac, le dieu de la pluie ou Serpent Céleste revêt une importance toute particulière. Il est omniprésent sur tout le site (on avait bien entendu la veille hein!), sous la forme de masques de stuc décorant les façades et les corniches.
Les raisons qui poussèrent les habitants à abandonner Uxmal vers 900 demeurent obscures. Peut-être que la sécheresse avait atteint des proportions telles qu'ils durent partir s'installer ailleurs....

La Casa del Adivino, la maison du Devin, une pyramide imposante de 39m de haut a été édifiée sur une base ovale.






Les iguanes sont omniprésents sur le site, les français aussi!










La magnifique façade du palais du Gouverneur, près de 100m de long a été qualifiée comme étant la plus belle construction d'Uxmal et le point d'orgue du style Puuc par un spécialiste. La région Puuc, zone vallonnée où se trouve Uxmal  a donné son nom à l'architecture spécifique d'ici. Puuc signifie collines.
Les murs des bâtiments Puuc sont remplis rocaille puis revêtus de ciment et d'un fin placage de dalles de calcaire. La partie inférieure de la façade est lisse, la partie supérieure festonnées de figures stylisées de Chac et de motifs géométriques, ressemblant souvent à des treillages. Les autres éléments du style Puuc sont les corniches décorées, les rangées de demi-colonnes et les colonnes rondes dans les entrées.

















Le lieu du juego de pelota (jeu de balle)

Vue du site depuis la Gran Piramide. Cette pyramide de 32m de haut n'a été restaurée que sur sa face nord. D'après les archéologues, le quadrilatère du sommet fut en grande partie détruit pour qu'une autre pyramide soit érigée par dessus. Pour une raison inconnue ces travaux ne furent jamais achevés.

















Nous reprenons la route après Uxmal pour nous rendre sur la bord de la côte de la mer des Caraïbes, là où vont la majeure partie des touristes qui partent au Mexique. A suivre!!!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire