mardi 19 décembre 2017

Highway 1....ou pas....

Nous quittons San Francisco en empruntant la Highway 1 qui longe tout le long la côte pour aller plus au Sud en direction de Los Angeles.

Enfin, nous empruntons cette magnifique route
sur une petite portion plutôt, car nous sommes contraints de faire demi-tour après quelques dizaines de km. Nous savions que la route était coupée un peu plus bas en raison de gros éboulements et  de la fermeture du Pfeiffer Canyon Bridge dus à des pluies diluviennes début 2017, mais ne savions pas qu'il était impossible de couper à travers les montagnes pour regagner la route de l'intérieur. C'est bête, hein!









Nous rebroussons donc chemin pour emprunter l'autre route, la seule qui permet de descendre au sud. Et voilà un autre évènement majeur qui va nous obliger à changer de nouveau de programme. Vous l'avez tous vu aux infos en France, Los Angeles est totalement encerclée par d'immenses incendies, et la route que nous devons emprunter est fermée ce jour à la circulation parce qu'en plein milieu d'un des foyers.
Nous nous déroutons à l'est pour retrouver un bivouac sur lequel nous nous étions déjà arrêtés à l'aller en espérant des jours meilleurs pour atteindre la cité des Anges. C'est moindre mal par rapport à ce que subissent les gens qui habitent à proximité des feux. L'air est irrespirable, mais surtout de très nombreuses maisons sont parties en fumée laissant leurs propriétaires bien impuissants face au feu indomptable avec les fortes rafales de vent qui balayent inlassablement le coin. Une grande partie de la côte Ouest n'est plus qu'un champ de ruines entre Ventura et Santa Barbara. Les abords des somptueuses propriétés de Beverly Hills ne sont pas mieux loties, léchées par les flammes. Et le musée Getty, avec son exceptionnelle collection d’œuvres de grands maîtres est passé bien près de la correctionnelle. C'est simple, il y a des feux tout autour de la ville. Les hommes ne sont pas tous innocents quant à l'origine de ces grands désastres de ce que nous lisons des actualités locales....
Nous surveillons tout de même de près l'évolution des feux, puisque ça y est, les billets d'avion sont pris pour ramener Ptit Babzouk en France chez son papa comme c'était prévu au départ.
Et notre vol part du LAX à los Angeles, l'aéroport international dans une petite semaine. Nous ne sommes pas encore pris par le temps, mais quand même!

Sur la route de traverse qui nous mène de nouveau vers l'est, nous croisons des champs et des champs d'engins de forages de pétrole qui paraissent d'un autre temps.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire