dimanche 2 juillet 2017

Temps gris, j'écris ton nom

La Norvège, c'est pas tous les jours facile. Tenez, par exemple, petite mise en jambes...
devinez où on est :


gris vert
Mont'abord planqué


Figurez-vous que c'est par ici que les petits du coin arrivent à leur école.

Enfin quand ils ne sont pas en vacances, car depuis le 20 juin, ils profitent du soleil.
La preuve en image :

fourgon gris sur ciel gris
Mont'abord se planque aussi dans le ciel


Et ils font bien, pendant ce temps des véhicules ont investi leur environnement :

véhicule de travaux camouflé en ambulance, ou l'inverse
Ce qu'il y a de bien, c'est que pendant que tout ce petit monde est absent, nous on y est.

Du coup, on leur emprunte sournoisement :

les deux trois fleurs par-ci par-là qui jalonnent le chemin de l'école
Et puis en conduisant ce jour sur les routes entre là-bas et ici, je me suis rappelé les paroles de l'autre.
Mais si, vous savez ! Un qui avait le volant à droite toute et qui disait "la Route, tu l'aimes ou tu la quittes". A moins que ce ne fut la France.

Bref, dans le coin, on garde les mains sur le volant et les yeux sur la route.

Ce qui permet à l'étape de profiter encore un peu mieux de :

ce panorama qu'ont quotidiennement les écoliers
Le ciel est un peu bouché, mais ça donne quelque chose de très cohérent.
Ami du ch'Nord, ce n'est pas la terre promise, désolé. Oui je sais, c'est triste 😢

Sinon, revenons sur deux trois points de détail.
Ce n'étaient pas des peintures rupestres que nous avons vues hier, mais des gravures.
Ils ont dû flairer que la Tollens (LA référence depuis 1748, s'il-vous-plaît) sur des pierres soumises aux crues d'un torrent gelé l'hiver, ça sentait le sapin (le pin nordique pour être précis).
Du coup nos prédécesseurs ont sorti le marteau et le burrin. A l'arrivée, c'est bien, c'est beau, c'est Norge.

La bestiole qu'on a calinée l'autre jour était visiblement un cabillaud. Du moins d'après ce que je trouve sur le web comme photos. "Si j'aurais su", je l'aurais quand même remise à l'eau. C'est pas donné à tout le monde de passer de l'hameçon au filet (allez je vous aide, y a un jeu de mots).

Et dernière précision, le chien dort avec la tête sur ma cuisse.
Ca paraît bête comme ça (la phrase, en aucun cas le chien, non mais), mais ça enfonce le clou pour dire que même par temps gris, la Norvège, c'est frais.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire